Faire son deuil

Laissez partir le défunt pour Faire son Deuil

Culpabilité, regrets, non dits… Divers facteurs psychologiques peuvent bloquer le travail le deuil et engendrer un deuil pathologique. Lors d’un décès, on n’a pas forcément pu, voulu, ou pensé à dire au revoir, dire merci, demander pardon, dire une dernière fois combien on l’aime… On pensait que ça n’était pas utile, qu’on avait le temps, ou on a tout simplement pas eu l’occasion…. Tous ces éléments peuvent empêcher le processus du deuil de faire son chemin naturellement.

Lorsque l’absence est trop dure l’Hypnose permet de dire au revoir à l’être perdu pour laisser l’inconscient faire son travail de deuil. Vous arrivez à la paix, pour commencer à vous ouvrir à la vie que le défunt aurait voulu pour vous, une vie paisible, sereine où jour après jour, vous vous reconnectez aux petits moments de bonheur quotidiens.

A l’inverse de bon nombre de mes confrères, je ne réaliserai ce travail sur vous qu’UNE SEULE et UNIQUE fois. Je vous laisserai le temps de dire ce que vous avez à dire et de ressentir ce que vous avez à ressentir.

Je considère que dans votre intérêt, il n’est pas sain de vous faire revivre ce moment plusieurs fois, raison pour laquelle cette séance sera unique dans ce sens.

Le docteur Elizabeth Kübler-Ross (décédée en 2004) a été psychologue et spécialiste du comportement. C’est elle qui a présenté les étapes, ou phases du deuil (Déni, Colère, Marchandage, Dépression, Acceptation). Elle a brillé par le coté éthique qu’elle a apporté dans le cadre de l’accompagnement des personnes en fin de vie.

Ce travail de deuil est possible non seulement au niveau de la perte d’un proche, mais il est transposable dans le domaine sentimental, lors d’une rupture et dans le domaine professionnel, lorsqu’on arrive à la fin d’un contrat, ou lors d’un licenciement.

Pour ma part, reprenant les travaux du docteur EKR, je distingue 7 étapes par lesquelles nous passons, afin de faire face à une situation de transition.

Ces 7 étapes sont linéaires, bien qu’il soit possible de faire des retours en arrière, afin de « tourner la page ».

Etape 1Le Choc : C’est une phase courte. L’annonce d’une rupture, conduisant à un constat, une annonce laisse la personne sans émotion apparente.

Etape 2Le Déni : C’est le refus de croire l’information. Sont utilisés des arguments et la contestation. Le rejet de l’information fait place à une discussion intérieure ou/et extérieure. Il ne faut cependant pas croire que la brièveté de cette phase signifie qu’elle n’est pas importante.

Etape 3La colère et le marchandage : C’est la confrontation avec les faits qui va engendrer une attitude de révolte, tournée vers soi et vers les autres. c’est aussi une phase de marchandage qui peut prendre une tournure « magico-religieuse ». On promet à une « entitée invisible » de ne plus faire telle ou telle chose si la situation originelle pouvait revenir. Les intensités peuvent être variables, selon la maturité affective de la personne. La pensée de la personne s’alimente de fortes contradictions. Elle peut s’emporter  par ou s’enfermer dans le plus grand mutisme. Des pulsions de vengeance peuvent ainsi la pousser à avoir des comportements qu’elle ne comprend pas elle-même. En fait, la personne est confrontée à l’impossibilité d’un retour à la situation première. Elle doit faire le deuil, et passe par de nombreuses émotions : reproches, remords,  ressentiments, dégoûts, de la répulsion, séduction ou agression.

Etape 4La tristesse : C’est un état de désespérance.

Etape 5La résignation : C’est l’abandon de cette lutte au cours de laquelle la personne peut avoir le sentiment d’avoir tout essayé pour revenir à la situation perdue. Elle n’a aucune visibilité de ce qu’elle peut faire. Elle agit au gré des circonstances. Cette résignation peut aussi se composer de rejet.

Etape 6L’acceptation : Dans cette étape, la personne accepte la perte (de l’être cher, de la petite amie, ou du travail). En l’acceptant, elle est capable de garder les beaux moments mais aussi les moins bons. Elle commence à avoir plus confiance en elle, se sent mieux et l’avenir ne semble pas aussi noir qu’avant.

Etape 7La reconstruction : l’acceptation seule ne suffit pas. Il faut reconstruire progressivement. La personne en deuil prend conscience qu’elle est en train de se réorganiser pour répondre aux obligations liées à toute vie en société. Se reconstruire amène à mieux se connaître, à découvrir ses ressources personnelles et à prendre conscience de son existence. Cette démarche développe la confiance en soi-même.